Une « lecture » de Miles Davis: énigme et incertitude

 

kindofblue.jpg

On peut lire la musique comme on lit un livre.

Comme si on n’écoutait pas les livres ! Les livres ont une musique qui n’est qu’à eux: une musique intérieure, silencieuse, mais une musique quand même. Les livres sont une musique. Et les musiques elles, elles nous parlent, nous disent des « choses », nous touchent, nous affectent par du sens, par les phrases et le phrasé des musiciens, par les mots si particuliers qui sont les leurs.

Le texte ci-joint (fichier sous format pdfUne enigmeetincertitude.pdf) est ainsi une tentative de lecture de la musique de Miles Davis. (extrait d’ « Instants de jazz » à paraître aux édtions Alter Ego avec des photos originales de Jean-Jacques Pussiau) Plus particulièrement sur cet enregistrement qui s’appelle « Kind of blue » et qui a la redoutable réputation d’être « historique », voire d’être le plus grand, le plus beau, le plus réussi de tous les disques de jazz. Et qui, probablement l’est. Si toutefois un tel classement, une telle hiérarchie est possible et a un sens.

« Kind of blue » ouvre une nouvelle époque, un nouveau monde, de nouveaux horizons, de nouvelles lumières. « Kind of blue » nous dit l’interrogation qui ne trouve jamais de répit et qui est au fond de nous, pour toujours.

Quels sont les bleus, du ciel, de la mer, du tissu de la robe légère, du tableau dans la pénombre..? Qu’est-ce donc que tout cela?

« Rien n’est figé…le ciel habite la mer et la mer a rejoint le ciel…l’horizon s’est retiré…les couleurs ont perdu leurs sonorités et trouvé un repos silencieux…une sorte de voûte sacrée où le bleu soupire dans l’espace pour habiter l’inaccessible. » dit une citation de Valérie Mallet que l’on peut lire dans ce texte ci-dessus sous le titre  »Enigme et incertitude. »

mayotte.jpg

l’île de Mayotte (Océan Indien)         photo de Flore Baudry

Ce que nous « lisons » avec « Kind of blue » (Miles Davis trompette, John Coltrane saxophone ténor, Julian « Cannonball » Adderley saxophone alto, Bill Evans ou Wynton Kelly piano, Paul Chambers contrebasse et Jimmy Cobb batterie), enregistrement de 1959, comme sans doute avec toute la musique de Miles Davis c’est que ce qui semble être la vérité n’est le plus souvent qu’illusion.

milesdavis.jpg

Et que la musique, les livres, mais aussi les sentiments, l’amour fut-il de passage ou « à vendre », le vent dans le ciel et le « dauphin vert » dans la rue qui porte son nom, en savent bien plus que nos certitudes.

« Kind of blue » (Columbia legacy Sony music 2 CD/1DVD) est une musique sans fin. Comme toute énigme: c’est une question qui demeure sans réponse. Parce qu’elle ne peut avoir de réponse.



Laisser un commentaire

Il était une fois... |
célia dojan |
marietheresedarcquetassin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de Lyllie
| RETOUR CHARIOT, par Pierre ...
| meslectures14