Les chansons et la musique de Céline (Louis-Ferdinand)

celine21.jpg

 « Là-bas, tout au loin, c’était la mer. Mais j’avais plus rien à imaginer moi sur elle la mer à présent. J’avais autre chose à faire. J’avais beau essayer de me perdre pour ne plus me retrouver devant ma vie, je la retrouvais partout simplement. Je revenais sur moi-même. Mon trimbalage à moi, il était bien fini. A d’autres!…Le monde était refermé! Au bout qu’on était arrivés nous autres!…Comme à la fête!… »

(Voyage au bout de la nuit)

A propos des romans de Louis-Ferdinand Céline, Paul Chambrillon souligne que « son oeuvre…est un plaidoyer incessant pour les rythmes profonds du langage, formulé à travers le sien, le savoureux parler parisien des petites gens. »

Et Céline lui-même dit qu’il faut déplacer très légèrement le sens des mots, des phrases. En tournant autour de l’émotion. Au commencement n’est pas le verbe mais l’émotion. Le travail de styliste est très difficile, dit-il encore.

(in « Céline vous parle »).

cline2.jpg

Céline dit aussi : « J’aurais voulu être musicien; le langage musical est évidemment plus émotif. »

Il y a, oui, dans le style de Céline (lui qui faisait du style l’un des principes d’une civilisation), au commencement, au fondement même de son style, non pas une musique, mais la musicalité des mots, la musique des mots: les mots comme musique.

Peut-être est-ce pour cette raison que Céline chantait.

On peut entendre, à volonté, Céline chanter. Puisqu’il existe deux chansons où l’on peut aujourd’hui encore, grâce aux enregistrements, l’écouter.

Ces deux chansons il les a écrites.Paroles et musique. Enfin, musique dictée à Jean Nocetti. C’est Céline qui le dit. Il faut bien sûr le croire. 

 cline11.jpgcline11.jpgcline11.jpg

Ces deux chansons on les trouve dans le double CD édité en 2000 par Paul Chambrillon, cité plus haut, pour l’excellent catalogue (toutes musiques et tous documents sonores de toutes sortes confondues) de Frémeaux et associés et intitulé « Anthologie Céline ».

louisferdinandcelinemeudon19591.jpglouisferdinandcelinemeudon19591.jpglouisferdinandcelinemeudon19591.jpglouisferdinandcelinemeudon19591.jpg

 Mais surtout il faut entendre Céline.

Cela a plusieurs sens. Et il y a plusieurs façon d’entendre Céline.

Il y a ces deux chansons. Pour l’anecdote. Ou un peu plus…Elles ont pour titre, l’une « A noeud coulant », l’autre « Règlement ». (C’est sans doute Aimable qui joue de l’accordéon en « re-recording ».)

 celine4.jpgceline4.jpgceline4.jpg

Il y a aussi, dans cette « anthologie », quatre propos de Céline. Quatre fois on entend Céline. On l’entend parler de l’écriture, de la littérature, de la vie et de la mort. Avec son génie singulier. Lui qui écrit pour être vendu mais « en se foutant du lecteur. Il faut qu’il l’avale… », dit-il, provocateur.

cline3louisferdinandcelinemanuscritvoyageauboutdelanuit1.jpg

(le manuscrit du « Voyage »)

On entend donc Céline dans ce double CD dans un « entretien inédit » et dans trois autres entretiens dont l’un s’intitule « Céline vous parle »; dans les autres donc, il est interrogé par Albert Zbiden et Louis Pauwels.

Il y a ce que dit Céline. Mais il y a aussi la façon dont il le dit. Le son de sa voix, sa tonalité, sa façon de rythmer la phrase. Sa « musique ».

celine1louisferdinandceline0045.jpg

Et puis, il y a des extraits du « Voyage » ou de « Mort à crédit » qui sont interprétés par Michel Simon, par Arletty ou par Pierre Brasseur.

Il y a dans ces enregistrements à la fois la voix de ces acteurs et celle de Céline: de sa langue et de sa poésie. Qui sont, sans doute la même chose.

 arletty21.jpg

(Arletty et Louis-Ferdinand Céline)

Avec Arletty par exemple (dont on découvrira à nouveau le talent, bien au-delà de celui de « L’hôtel du Nord ») c’est Louis-Ferdinand Céline que l’on entend.

 arletty3.jpgarletty3.jpg

Mais cela est vrai aussi de Michel Simon et de Pierre Brasseur.

Pleinement. Pas seulement parce qu’ils sont tous trois de formidables « interprètes ». Mais surtout, plus essentiellement, parce que Céline est poète, musicien: écrivain.

 michelsimonarlettyceline.jpg

(Michel Simon, Arletty et L-F Céline)

Parce que la langue de Céline est sonore.

Parce qu’elle vient de la vie vivante, de la vie telle qu’elle se vit et telle qu’elle s’exprime elle-même.

Dans ce qu’on appelle « la trivialité » en regardant cela avec un certain dédain. Trop souvent. Et que Céline affronte, exprime, de front, brutalement. Comme s’il ne pouvait en être autrement: et il ne peut en être autrement!

lfceline.jpglfceline.jpglfceline.jpg

C’est bien de la vie dans son immédiateté qu’il s’agit!

Céline le dit assez!

La vie est là; elle est « mauvaise », malade », « mensongère », comme le souligne Anne Henry dans son remarquable « Céline écrivain » (éditions de L’Harmattan).

Mais elle est là.

Dans les livres de Louis-Ferdinand Céline. Elle est là!

Et qui, alors, ne saurait lire la « préface » à « Guignol’s band I »?

Écoutons un peu:

« …Essayez donc! Chie pas juste qui veut! Ça serait trop commode!

… Tant mieux pour les autres de livres!… Mais moi n’est-ce pas je peux pas les lire… Je les trouve en projets, pas écrits, morts-nés, ni faits ni à faire, la vie qui manque.. »

 celine1louisferdinandcelinesaintmalo1933.jpgceline1louisferdinandcelinesaintmalo1933.jpgceline1louisferdinandcelinesaintmalo1933.jpgceline1louisferdinandcelinesaintmalo1933.jpg

Pour dire cette vie, il faut écrire. Il faut faire des « variations » comme il le dit lui-même.

Mais, pour faire des variations, il faut connaître « l’art », la rhétorique, comme celle qu’Auguste Destouches, son grand-père enseignait au Havre au milieu du XIX° siècle.

« C’est mon ancêtre! Si je la connais un peu la langue et pas d’hier comme tant et tant! Je le dis tout de suite dans les finesses!

Mon grand-père Auguste est d’avis. Il me le dit de là-haut, il me l’insuffle, du ciel au fond…

« Enfant, pas de phrases!… »

Il sait ce qu’il faut pour que ça tourne. Je fais tourner!

Le Jazz a renversé la valse. L’Impressionnisme a tué le « faux-jour », vous écrirez « télégraphique » ou vous écrirez plus du tout! »

cline4louisferdinandcelinelucettealmansor19361.jpgcline4louisferdinandcelinelucettealmansor19361.jpgcline4louisferdinandcelinelucettealmansor19361.jpg

(Lucette Almanzor en 1936)

Et encore dans la même introduction à « Guignol’s band », introduction à toute littérature d’aujourd’hui:

« A vous de comprendre! Emouvez-vous! »

celine1louisferdinandcelinemeudonlucette.jpg

(A Meudon, avec Lucette)



Laisser un commentaire

Il était une fois... |
célia dojan |
marietheresedarcquetassin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de Lyllie
| RETOUR CHARIOT, par Pierre ...
| meslectures14