Portrait(s) invisible(s) II

166.jpg

(photographie M Arcens)

Cette page poursuit, ou tente de poursuivre, le chemin de la page « Portrait(s) invisible(s) I »

Il y est donc question de flou, d’improvisation, de conditionnel, d’impossible souvent plus que de possible et encore d’avantage d’irréel.

Les citations et les images associées n’ont pour unique fonction, dans leur proximité, que d’essayer de créer une sorte de rêve, quelques sortes de musiques…

Les références (qui n’apparaissent pas à seule fin de ne pas « surajouter » au climat recherché) peuvent être obtenues sur simple demande.

Le lecteur peut aussi en jouer et proposer des réponses à cette interrogation qui ne manque pas à toute lecture: qui écrit?

********************************************************************************************************************************************************************

*******************************************************************************************************************************************************************

 

anton1.jpg

« Les noms que nous portons sont des rêves… »

****************************************************************************************************************************************************

 

gronerunion20090271.jpg

(photographie M Arcens)

« Pour l’agrément d’un instant j’ai chanté le givre, fils du dernier spasme de l’hiver et de l’éclair arborisé du petit jour, avant-coureur piétiné des longues présences du soleil. »

*************************************************************************************************************************************************************************

 

1069.jpg

« … que je le veuille ou non, jusqu’ici je n’ai jamais repassé aucune des portes qui s’étaient ouvertes pour moi, ou que j’avais fracturées, ou que j’avais construites de mes mains, de manière qu’un décor inconnu se plante derrière et m’accueille au moment où je repousserais les battants… »

************************************************************************************************************************************************************************

 

p1040083.jpg

(photographie M Arcens)

 » Le bleu est la couleur… du jour qui finit et devient soir… C’est le bleu flottant…, la liquéfaction, l’entre-deux, la saturation, l’hématome du monde. Le bleu est là. »

*************************************************************************************************************************************************************************

 

mousse5595jl3.jpg

« … cette silencieuse persistance poétique chez les anonymes… disparaît dans le silence… sans laisser de traces, jamais. Un jour, quand je serai vieux, je ferai un livre en ce sens, à la recherche des choses du coeur qui s’en vont. »

**********************************************************************************************************************************************************************************

 

p1040586.jpg

(photographie M Arcens)

« Au fait nous?… qu’est-ce qu’on était?… nous? d’où nous venions?

 - D’en bas!… loin en bas, au sud!

Et où nous allions?

 - Au nord, là-haut!… »

*****************************************************************************************************************************************************

 

portraitsauto2.png

« Un cahier à couverture bleue, deux crayons et un taille-crayon…et de la chance, voilà tout ce qu’il vous fallait. »

 



9 commentaires

  1. pierre corratgé 25 février

    je ne sais pas de qui est la citation sur le bleu, mais elle me touche profondément.

    pour moi, c’est le bleu de torreilles, quand le jour bascule à l’ouest, quand j’attends le premier trait sur l’horizon qui traduira la naissance de la pleine lune.
    a ce moment là, la jeune femme sur la dune en deux-pièces rouge n’est plus éclairée par le soleil disparu.

    Michel, tu me diras quand même de qui est la citation.
    amitié

  2. marina 25 février

    Le bleu … peut-être Alain Gerber dans son roman « une sorte de bleu » ??

  3. marina 25 février

    Silencieuse persistance poétique : on va dire Céline en rapport avec « L’inconnue de la Seine »

  4. marina 25 février

    Précision pour Céline :
    Louis-Ferdinand Céline
    La même année, en 1933, Louis-Ferdinand Céline publie sa pièce, L’Église, dans une collection dont la caractéristique consistait à reproduire en frontispice le portrait de l’auteur. Céline, qui affirmait : « Je suis contre l’iconographie. Je suis mahométan. Pas de photo de moi… Je n’aime pas ça », refuse de se prêter à cette obligation et apporte à son éditeur une photographie de Amsler et Ruthardt, Le Masque de l’Inconnue de la Seine. Pourquoi ce masque et pourquoi cette photographie ? Nul ne sait. La date mentionnée sous la photographie, 1930, indiquait sans doute l’année du cliché mais certains l’ont lue comme la date de fabrication du masque et ont corrigé l’information par voie de presse en précisant que le masque était déjà vendu en 1900. Interrogé sur le sujet, Céline répondit que, sans cette soudaine polémique, il aurait oublié qu’il avait vu le masque dans sa petite enfance : « A ce propos, il faut ce genre d’occasion pour percevoir cette silencieuse persistance poétique chez les anonymes, qui disparaît dans le silence aussi sans laisser de traces jamais. »

  5. marina 25 février

    Pour l’agrément d’un instant j’ai chanté le givre … René Char

  6. marina 25 février

    Au fait nous?… qu’est-ce qu’on était? … : encore Céline … Volume 5 si vous cherchez !

  7. marina 25 février

    que je le veuille ou non …. : Miles d’A Gerber

  8. marina 25 février

    Le bleu est la couleur… Nouvel essai : Jakuta Alikavazovic compte tenu de sa passion pour la peinture …

  9. gérard ballarin du pont 15 avril

    Bonjour monsieur,
    Dans quelle oeuvre célinienne peut- on retrouver, s’il vous plait :  » (…) Un jour quand je serai vieux je ferai un livre en ce sens (…)  »
    Merci et longue vie à votre blog.

Laisser un commentaire

Il était une fois... |
célia dojan |
marietheresedarcquetassin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de Lyllie
| RETOUR CHARIOT, par Pierre ...
| meslectures14